CODELT en appui au renforcement de la légalité faunique : participation à la cérémonie de lâchage des Perroquets gris saisis dans leur milieu naturel et défis du respect de la convention CITES en RDC

Sur invitation du Dg de l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN en sigle), CODELT a participé ce 23 juin 2016 à la cérémonie de lâchage des perroquets gris, de leur nom scientifique « les Psittatus erithacus », (environ une centaine) saisis en provenance du Maniema et d’autres provinces de la RDC au courant du premier trimestre 2016.

Perroquets en cage avant lâchage

Perroquets en cage avant lâchage

Cette cérémonie de réintroduction de ces perroquets dans leur milieu naturel a eu lieu dans le domaine de chasse et de réserve de faune de Bombo Lumene (DCRBL), à plus ou moins 130 Km de Kinshasa, sur la route de Bandundu. Elle a été présidée par le Dg de l’ICCN, en présence du Ministre de l’Environnement Conservation de la Nature et Développement Durable, du représentant du Ministre du Tourisme empêché, des partenaires techniques et financiers de l’ICCN dont CODELT, ainsi que du représentant de l’Association des Exploitants Congolais des Produits de la Faune Sauvage.20160623_135342

En effet, comme membre à la Convention CITES, la RDC a l’obligation de protéger les espèces menacées d’extinction dont les perroquets gris repris sur la liste des espèces partiellement protégées de cette Convention. Et en tant qu’organe scientifique de la CITES pour le compte du pays, l’ICCN a eu à rappeler que le respect du quota annuel de la RDC pour l’exportation des perroquets gris est de 5000 par an, et qu’il est obligatoire. Mais dans la pratique, ce quota a été dépassé pour atteindre 10.000 voire 15.000 perroquets par an, du fait des activités de capture et de commerce illégal.

Ayant vu la menace d’extinction qui pèse sur cette espèce, 8 pays membres de la Convention ont récemment déposé une proposition visant à intégrer le Perroquet gris à l’annexe I de la Convention CITES, pour qu’il devienne une espèce totalement protégée, et qu’il soit de ce fait, exclu de tout commerce international dans tous les Etats membres. Selon les organes de la Convention CITES, le constat du dépassement du quota en RDC traduit le non respect des engagements du pays pour veiller à la protection de cette espèce. En conséquence, le quota de 5.000 autorisé pour la RDC a été réduit à 1500, jusqu’à ce qu’elle fournisse les preuves du changement de la situation sur terrain.

Les discussions y afférent auront lieu à la réunion de la Convention CITES prévue prochainement en Afrique du sud. C’est pourquoi, par cette cérémonie d’intégration des perroquets gris saisis dans leur milieu naturel, l’ICCN a voulu montrer à la face du monde sa détermination et celles des autorités gouvernementales de la RDC, dans la lutte pour l’application rigoureuse de la loi nationale, en vue de décourager le commerce illégal de cette espèce, et soumettre toute exportation au respect du quota annuel autorisé.

Pour marquer sa présence à cette cérémonie importante et soutenir l’ICCN dans son combat contre le commerce illégal des espèces de faune et de flore protégées, CODELT a été représenté par Me André Hilaire KASHIKISHA, son Conseiller Technique et Juriste en charge de la Conservation de la Nature et des Aires protégées.

About Author

Connect with Me:

Leave a Reply

  • Translate »